NIVEA ENFONCE LE CLOU DE LA NEGROPHOBIE STRUCTURELLE

Ensemble, consacrons 30 secondes de notre temps précieux pour tenter de comprendre la mécanique bien huilée de la #NégrophobieStructurelle stratégiquement dissimulée à l’intérieur de ce petit spot publicitaire conçu comme une véritable bombe à retardement.

En faisant la promotion du blanchiment (des peaux noires) la marque Nivéa enfonce (in)consciemment le clou de la négrophobie structurelle dans les profondeurs insondables de notre cerveau. Lequel est quotidiennement pris en étau entre le marteau et l’enclume des publicités (et autres médias de masses) visant à nous amputer (in)volontairement de notre libre arbitre. Cela afin que nous nous soumettions à un ordre des choses qui nous conditionne à ne plus voir la vie qu’en « blanc » (ou en rose).

Que nous l’acceptions ou non, dans les « démocraties » dissimulant les dictatures les plus efficaces » c’est bien ainsi qu’est insidieusement forgé notre « consentement ».

Tout cela sachant pertinemment que, tout comme Dove, cette autre et non moins célèbre marque d’hygiène et de cosmétique n’en est malheureusement pas à son premier coup d’essai en la matière. Nivéa allant même jusqu’à affirmer subjectivement que le « blanc » est synonyme de « pureté », sans doute pour mieux induire (subliminalement) que le noir est, quant à lui, synonyme de « saleté » ?

Ce qui soit dit en passant n’est pas sans rappeler les délires génocidaires de celles et ceux qui ont théorisé, sans complexe aucun, sur la suprématie de « la race aryenne ». Soit un autre synonyme de l’inavouable « suprématie blanche » qui régit ce monde d’une « main de verre », en s’efforçant de limiter stratégiquement notre ascension sociale et raciale grâce au plafond transparent qu’elle a placé au dessus de nos têtes… à l’image de cette pub.

Mais finalement qu’est-ce-ce que le « blanchiment »(de l’histoire ou de notre apparence négroïde), si ce n’est l’autre pendant de la Négrophobie d’Etat et/ou Structurelle qui mine nos existences de noir.e.s « racisé.e.s » ?

Est-ce d’ailleurs le simple fait du hasard si le mot « dénigrer« , appartenant au merveilleux champs lexicale de la langue française, provient de la racine latine « denigrare ». Terme signifiant étymologiquement : « noircir« .

Autrement dit, dénigrer quelqu’un signifie en parler avec malveillance dans le but intentionnel de le salir, le rendre coupable, de le rendre « noir » (le mot est lâché). Or il semble que la langue française (qui n’est autre que le miroir de la pensée profonde de tout un peuple) exige que pour laver quiconque de tout soupçon, il faille précisément le « blanchir« . Exactement comme Nivéa le promeut.

Voilà donc comment des langues occidentales (n’exceptant pas « le français ») renforcent leur vision d’un monde monochrome à sens unique avec des références « blanco-centrées » de manière subliminales ou implicites. Autant dire que des images telle que celles qui nous représentent (mal) dans cette pub Nivéa, nous poussent insidieusement vers la voie sans issue d’une assimilation qui nous conditionne à déserter notre prétendue peau de sauvage (noire) pour revêtir celle d’une fantasmatique civilisation (blanche) ?

22711341_1942046499449063_234195081_n

Au vu et au su de cela, comment peut-on reprocher à la marque Nivéa d’être l’un des rouage de la mécanique bien huilée d’une négrophobie structurelle infestant tous les pans de la société (française) ?

Aussi dramatique soit-il, ce constat nous force à comprendre que nous aurons beau faire disparaître les pubs DoveCarrefour, Nivéa (…), ou le message tendancieux d’un journal tel que Le Parisien revêtant un caractère (in)consciemment négrophobe ; cela modifiera la forme du problème, certes, mais sans jamais en ébranler le fond.

Car il est évident que c’est le prisme de tout un système de pensée (blanc) éclairé par les « pâles » lumières de son passé esclavagiste et colonial qu’il nous faut « reformater« . Et ce d’autant qu’il va de soi que , (mal)heureusement, les chiens ne sont toujours pas disposé à faire des chats. Tout ceci pris en compte, force est d’admettre que ces publicités (et autres support de propagandes qui n’avouent pas leur noms) ne sont autres que le reflet des inavouables intentions et fantasmes sécrétées par les sociétés (blanches) qui les accouchent.

Voilà pourquoi nous pensons que ce genre de messages publicitaires nous annoncent (in)volontairement que la guerre raciale, qui nous est livrée depuis des siècles et des siècles, a désormais changé de forme.

Multirécidiviste en matière de promotion (in)consciente de la suprématie blanche, reste à imaginer quelle a été l’axe de défense de la marque après qu’elle ait été une nouvelle fois prise la main dans le sac débordant de #NégrophobieStructurelle ?

Eh bien à peu près la même que celle d’un enfant de 5 ans pris les doigts dans le peau de confiture et jurant sur tout ce qu’il a de plus cher qu’il n’est en aucun cas coupable. Et ce, quoi qu’en disent les apparences, qu’il se borne à traiter de fieffées menteuses, sans même se rendre compte que la moustache de marmelade séchée juste au dessus de sa lèvre supérieure l’a déjà trahi.

Car si l’on en croit L’Express, pour sa (faible) défense, Nivea a réagit sur Facebook en affirmant que :

« la campagne [visant à faire la promotion de la lotion « clarté naturelle »]  n’est nullement censée dévaloriser ou glorifier les besoins ou les préférences des personnes en matière de soins de la peau. »

La ligne « Natural Fairness » composée d’ingrédients naturels et de filtres UV vise à réduire la production de mélanine due à l’exposition au soleil, ajoute Nivea.

Or il nous semble que c’est là une manière de jongler maladroitement avec les mots. Surtout si l’on sait qu’en plus de jouer un rôle essentiel en matière de protection de la peau face aux rayons ultraviolets du soleil, responsable du vieillissement de l’épiderme*, la mélanine joue un rôle capital en ce que concernes les différents graduations de notre carnation plus ou moins foncée. Enrayer le cycle naturel de sa production en revient donc à nous fragiliser, d’une part, et d’autre part à nous « blanchir »… selon les standard d’une norme « blanche » qui, au moins, depuis l’histoire dite moderne (1492) nous a toujours « dénigré », avant de nous sortir stratégiquement du cercle de l’humanité il y a encore moins longtemps que cela (LE CODE NOIR)

Sans exclure que le mot mélanine provient étymologiquement du grec ancien : « melanos« , signifiant « noir« .

Il semble donc difficile, en en réduisant la production, de ne pas agir en faveur du « blanchiment ». Cela sachant que c’est précisément le taux élevé de mélanine qui donne cette peau foncée aux noir.e.s, alors que, parallèlement, son déficit est responsable de la peau claire des blanc.he.s.

Cependant nous laissons chacun.e se faire son propre avis en visionnant le spot faisant la promotion d’une lotion éclaircissant qui, selon nous, fait implicitement le culte de la « blancheur ». Lequel incite (in)directement les noir.e.s à détester les atouts physiques que la nature leur a généreusement donné.

Autrement dit, les rayons X de l’Histoire esclavagiste et coloniale qui éclaire notre présent (aussi démocratique soit-il), nous révèlent la présence d’une arme chargée avec les balles de la #NégrophobieStructurelle. Laquelle s’avèrent être stratégiquement dissimulée sous la robe de cette pub on ne peut plus séduisante. Ce qui, par ailleurs, la rend invisible aux yeux de celles et ceux qui n’ont pas encore appris à lire entre les lignes d’une propagande affichant les plus belles intentions du monde.

Mais nous concernant, vouloir à tous prix « blanchir » (subliminalement) les noir.e.s (comme l’Histoire) participe à huiler la mécanique d’un génocide culturel qui n’avoue pas son nom. C’est une autre manière insidieuse et perverse de tuer le noir dans son intégrité, sa croyance et sa confiance.

Vu sous cet angle, cette publicité (et d’autres) nous annonce que la guerre (raciale) invisible a désormais changé de forme, et que les chaines de l’esclavage, jadis en métal, sont devenues mentales.

Après avoir résister aux agressions franches et blanches de l’esclavage-négrier-occidentalo-chrétien (in)visiblement perpétué par une colonisation qui s’est appliquée à relayer l’idéologie de son Racisme viscéral autrement ; force est de constater que, bien que n’étant pas encore parvenu.e.s à nous extraire totalement des griffes acérées de la néocolonisation, nous sommes déjà entré.e.s, malgré nous, dans l’ère de La neurocolonisation.

Voilà pourquoi nous pensons que cette pub Nivea – vantant les mérites d’une « lotion éclaircissante » – n’est rien d’autre qu’un « cheval de Troie ». Lequel, caché derrière le masque des meilleures intentions, permet au message raciste subliminalement affiché dans ce spot publicitaire, de s’infiltrer clandestinement dans notre inconscient collectif pour y renforcer les préjugés (in)visiblement véhiculés par une #NégrophobieStructurelle officieusement légitimée par les Etats les plus impérialistes qui soient.

Quant à tou.te.s celles et ceux qui étaient convaincu.e.s de vivre dans un monde tapissé d’Egalité pour tou.te.s, loin de vouloir vous gâcher la fête, nous vous souhaitons la bienvenue au milieu de cette guerre invisible. Sachant que cette dernière utilise la négrophobie et son corollaire, le blanchiment, comme des armes (neuro)coloniales d’aliénation et de destruction massives qui n’avouent pas leur noms !

Reste désormais à savoir si collectivement et individuellement nous allons accepter d’encaisser ces salves (subliminalement) négrophobes sans même réagir ? Ou si au lieu de cela, nous allons enfin nous armer d’un savoir décolonisé nous permettant de lire entre les lignes de cette propagande. Laquelle nous « dénigre » chaque jour cachée derrière une montagne de bonnes intentions nous empêchant de déceler et surtout de riposter à ses attaques racistes.

A nous donc de voir quel genre d’avenir nous souhaitons finalement léguer aux générations futures.

Le Pacificateur pour la #BrigadeAntiNégrophobie

 

* que la lotion « Clarté naturelle » de Nivea prétend magiquement pouvoir rajeunir, en se substituant à la mélanine qui le fait déjà naturellement ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>