Négrophobie : Confondre les symptômes avec les racines du mal ?

Peut-on combattre efficacement la #Négrophobie en s’attaquant aux symptômes plutôt qu’à la Racine du Mal ?

La question reste bien évidemment ouverte. Mais d’ores et déjà, si ce que nous donne à voir cette vidéo est avéré, voici l’état de notre réflexion sur ce sujet.

Deux abrutis profèrent des propos incontestablement #négrophobes sur les réseaux sociaux. Et tandis qu’ils ne servent qu’à détourner notre attention, la Machine à « broyer du noir », conçue dans l’antre d’un inavouable « pouvoir blanc », tourne à plein régime !

Bien au-delà des apparences incarnées par ces deux petits blancs (alcoolisés ?), nous distinguons deux marionnettes, dont les ficelles de la réflexion (infestées de préjugés #négrophobes) sont invisiblement tirées par un Racisme d’Etat français déguisé en Etat de droit. Autrement dit, après lecture et relecture de cette vidéo, nous ne percevons rien d’autre que la « pâle » expression d’un racisme populaire. Lequel se veut de plus en plus décomplexé, bien que le plus souvent exprimé de manière beaucoup moins franche, dès lors où sa parole n’est pas libérée par une colère folle et furieuse ou, comme ici, par l’alcool.

En effet, observée à travers la loupe d’un prisme systémique qui tient compte de l’histoire esclavagiste et coloniale de ce pays,  l’expression de cette #NégrophobiePopulaireDécomplexée n’est que le dernier palier de l’idéologie raciste qui cible chirurgicalement les noir.e.s depuis des siècles. Or cette forme de manifestation audible et visible (tableau du « Nègre Joyeux », les biscuits « Bamboula » et autres) nous informe que la digue d’une pensée dépolluée des restes de la #Négrophobie héritée des périodes de l’Esclavage-négrier-occidentalo-chrétien et de la colonisation a bel et bien cédée (en supposant qu’elle ait été construite un jour par les tenants du pouvoir « blanc » qui nous opprime ?).

Voilà pourquoi nous sommes tenté.e.s de croire que cette #NégrophobiePopulaire, ne symbolise rien d’autre que la minuscule partie de l’Iceberg dissimulant le caractère insondable d’une #NégrophobieStructurelle, savamment alimentée par le tout puissant #RacismeDétat français qui a (officieusement) forgé la conviction incontestablement #négrophobe de ces 2 abrutis.

Mais doit-on occulter pour autant que ces « préjugés dormants » sont profondément enfouis dans l’inconscient collectif français ? De sorte qu’il suffit d’un peu d’alcool (comme ici) ou d’une grave crise social pour les réveiller afin qu’ils polluent ouvertement notre réalité constamment discriminée.

Raison pour laquelle nous ne pouvons absolument pas nous offrir le luxe d’être  dupes. Dès lors, ne faisons pas semblant d’être offusqué.e.s par les propos de ces deux « troublions » qui ont, certes, commis un acte suffisamment grave pour être ici affichés de sorte à les obliger à en assumer la moindre des conséquences. Mais cela sans oublier que le fond de leur pensée était déjà gravée dans les textes de lois du « CODE NOIR« , accouché et porté par le même Racisme d’Etat français auquel nous nous apprêtons aujourd’hui à demander Justice. Cela pour dire que si ces deux « petits blancs » ont rêvé que les noir.e.s restent à nouveau debout tandis que les blanc.he.s assis.e.s, c’est bien parce que L’Etat français l’a (déjà) fait et assumé. Voilà pourquoi nous pensons que ces deux « idiots utiles » ne peuvent être confondus avec la Racine du Mal #négrophobe qui nous traque et dont ils ne sont que les « pâles » symptômes.

Cela pour dire que nous ne pouvons nous résoudre à jouer le rôle de figurant auquel le Racisme d’Etat français nous prédestine, en nous incitant à nous attaquer à deux des porte-drapeaux de sa #NégrophobieInstitutionnalisée.  Car agir dans ce sens, sachant qu’il les sacrifiera pour conserver sa couverture, en reviendrait à (in)volontairement à ignorer que c’est lui et lui seul qui s’emploie à forger l’opinion publique (dont nous faisons bien malgré nous partis) à travers ses programmes télévisées et scolaires (pour ne citer qu’eux). Ainsi ces pilules anesthésiantes, repeintes à la couleur des bonnes intentions dont l’enfer est méticuleusement pavé, ne sont autres que le miroir de son idéologie viscéralement coloniale, raciste et particulièrement #Négrophobe.

Sachant donc que les chiens ne font pas des chats, comment espérions-nous que des esprits moulés depuis le berceau à l’intérieur de la « fabrique du consentement »  – qui cherche à nous convaincre des soi-disants « bienfaits de la Colonisation » et de l’esclavage-négrier-occidentalo-chrétien - aient pu ressortir intacts du puissant lavage de cerveaux conçu pour rendre notre regard encore « plus blanc que blanc », et à fortiori #négrophobes ???

Tels des justiciers que l’on pourrait croire assoiffés de vengeance, la majorité d’entre nous souhaitons donc faire de ces deux là des exemples. Mais ce, sans jamais nous rendre compte que s’attaquer aux symptômes plutôt qu’a la Racine du mal, c’est exactement ce que nous souffle, pour nous endormir, un slogan tel que « Touche pas à mon pote ». Lequel absout de manière suspecte l’Etat de sa profonde et principale responsabilité en la matière. Ainsi nous fait-on croire depuis des décennies que le Racisme d’Etat (français) à l’origine des pires crimes contre notre Humanité, est aujourd’hui au commande d’un AntiRacisme qui garantirait et protégerait enfin nos droits les plus fondamentaux ? Mais dans les faits chaque racisé.e sait et constate qu’il n’en est absolument rien.

Pendant qu’une foule légitimement en colère s’apprête à sacrifier ces deux petits blancs sur l’autel d’une sacro-sainte morale qui n’a jamais daignée reposer sur le socle de la Justice véritable, la Véritable #Négrophobie  court toujours. Sauf que cette dernière est plus maline, plus vicieuse, plus perfide que ces deux négrophobes qui, dernièrement, se sont fait prendre en flagrant délit de racisme anti-noir.e.s. Car la #NégrophobieInstitutionnalisée comme son corrolaire, la #NégrophobieStructurelle, n’avancent jamais à découvert, mais masquées de manière à tromper notre vigilance. Mais dans les faits, il est incontestable que « la suprématie blanche », promotrice de l’esclavage-négrier-occidentalo-chrétien, reste le véritable commanditaire ayant ordonné à ces deux pantins de nous agresser frontalement. Pour préserver à tout prix les apparences d’une justice équitable, attendons-nous à voir le discours officiel les crucifier sur la croix d’une justice spectacle servant à faire diversion et à cristalliser notre colère (encore une fois légitime) pour qu’elle ne se concentre pas sur la bonne cible.

D’autant qu’une #NégrophobieDétat autrement plus meurtrière, pour ne pas dire génocidaire, avance aujourd’hui dissimulée derrière le masque des droits de l’homme, de la démocratie et tout ce qui a vocation à rassurer notre conscience artificiellement plongée dans le coma. Et pendant que nous revêtons notre pseudo costume de justicier pour partir régler cette affaire là, combien d’entre nous trouverons le courage et le temps d’oser un jour s’attaquer frontalement à la structure on ne peut plus solide d’une #Négrophobie qui descend des plus hauts sommets de la pyramide de l’Etat français. Combien d’entre nous oserons faire bloc dans les rues pour dénoncer et affronter l’appareil policier et autres multinationales qui protègent et véhiculent un ordre des choses qui place subjectivement les « blanc.he.s » tout en haut de l’échelle des races et des classes, non sans les couvrir de « blancs » privilèges, tandis que les « noir.e.s » tout en bas ?

Sommes nous à ce point friands de combats et de victoires faciles pour lesquels nous serons récompensés avec les médailles de pacotilles accrochées sur les tombes des dits tirailleurs sénégalais ? Il est sur qu’en plus de flatter notre égo défiguré, la condamnation de ces deux idiots changera peut être un peu la forme, mais en aucun cas le fond du problème qui, depuis des siècles, occulte stratégiquement la « QUESTION NOIRE » pour mieux nous « invisibiliser » ?

Craignons nous à ce point d’affronter la Machine « à broyer du noir » lâchement dissimulée dans l’ombre du pouvoir blanc qui structure cet Etat prétendant être de droit ?

Car sauf preuve du contraire, ce ne sont pas ces deux abrutis, mais bien l’Etat français qui est responsable des contrôles au faciès racistes que nous subissons, des discriminations raciales qui sévissent dans les domaines du logement et de l’embauche, d’un accès inéquitable à une justice qui se révèle être à deux vitesses. Comme c’est ce même Etat qui permet (in)visiblement à cette parole raciste de se libérer de plus en plus (sous alcool ou non). Le même qui nous invisibilise dans les médias, l’arène politique et tellement d’autre champs qui nous échappe. C’est encore lui qui, par le biais de son système judiciaire, éducatif et sa puissante machine de propagande connue pour être experte en blanchiment, a « forgé la conviction » de ces deux abrutis. Laquelle reflète certainement celle de la majorité d’entre nous, manipulé.e.s à confondre les causes et les conséquences, la norme et la « blanchité ».

Or nous pensons, sans prétention, que tant que nous serons dressé.e.s à poursuivre ce genre de leurre plutôt que de nous attaquer à la Racine du Mal qui nous est stratégiquement fait, le #NégrophobieDétat courra toujours, grâce à notre complicité naïve.

Voilà pourquoi, sans jamais les mépriser, nous laisserons ce combat à toutes celles et ceux des nôtres qui s’acharnerons à lapider ces deux débiles sur l’autel de la « bien-pensance » qu’on nous présente stratégiquement comme étant le siège de la justice. Nous les laisserons crier au Loup au côté d’un Etat déguisé en Justicier pour mieux nourrir l’illusion qu’il est de notre côté. Mais en réalité, au plus profond de nous, nous savons pertinemment qu’il est le seul coupable jamais condamné, parce que tout simplement juge et parti.

Cependant en observant ce qui nous semble être une mascarade, nous sommes quasiment sur d’une chose : si ces deux imbéciles sont poursuivis en « justice », ils seront très certainement condamnés pour justement donner l’impression que Justice a toujours été faite. Cela fait, devrons-nous contenter de cela ? Leur mise au pilori effacera-t-elle des siècles et des siècles d’injustices négrophobes plus ou moins (in)visiblement perpétuées par l’Etat impérialiste français ?

Ent attendant, il est certain que leur condamnation ne mettra pas fin à la FrançAfrique, à la colonisation française des Antilles, et la perpétuation des préjugés #négrophobes qui minent nos existences et celles de nos enfants. Tout cela parce qu’il se pourrait que le mal soit ailleurs ?

Autrement dit dans le jeu des 7 familles de la #Négrophobie, nous ne demandons pas la tête de ses deux abrutis servant de leurres, mais celles du commanditaire, du « forgeur d’opinion publique » qui se cachent derrière des Etats impérialistes, n’exceptant pas la France, des multinationales ou médias de masses secrètement à leurs soldes. Espérons seulement qu’une fois cette colère (légitime) apaisée par le sacrifice (in)utile de ces deux pantins, nous ne ferons plus qu’un pour trouver le courage de nous attaquer à la véritable Racine du Mal ? Ne serait-ce que pour honorer la noblesse du combat multiséculaire entrepris par tou.te.s celles et ceux qui nous ont précédé.e.s.

Le Pacificateur pour la #BrigadeAntiNégrophobie (B.A.N Page Officielle)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>