Macron ou le pouvoir colonial new look ?

20170615_084547

 

Deux semaines après son élection à la magistrature suprême en France, le tout nouveau président Emmanuel Macron effectue un déplacement express au Mali, pour rendre visite aux militaires français de l’opération Barkhane, officiellement en mission pour combattre du djihadiste au Sahel afin de ne pas avoir à le faire à Marseille.
Dans les faits les militaires français ont surtout balkanisé le Mali en en interdisant la zone-nord au pouvoir politique local officiel pour ainsi exploiter en toute tranquillité le gaz l’uranium et l’or de Kidal avec les rebelles Touaregs du pays et la complicité passive des djihadistes.
Le Mali est donc réoccupé et réexploité directement par un pouvoir colonial français new-look, comme au début du 20ème siècle.
Hier le président Macron recevait à l’Élysée le président Alassane Ouattara à qui il a été demandé de réactiver les travaux de projet de construction du train urbain que devait réaliser la firme Bouygues avec l’argent de l’état de Côte-d’Ivoire.
Ouattara les avait bloqué étant aux prises à des difficultés financières avec ses militaires qui lui réclament des primes de guerre non versées depuis les événements de 2011.
Ouattara exécutera les volontés de Macron n’ayant pas été porté au pouvoir pour satisfaire les besoins socio-économiques de son peuple mais mis en place pour servir les intérêts de la France en toutes circonstances.
Sous ses airs de personne affable, le président Macron laisse percer une dureté de caractère sans pareil à l’égard de ses homologues nègres.
Du mépris même. À quelques heures de se rendre au Mali, il appelle le président Ibrahim Boubakar Kéita pour lui dire qu’il n’aura pas le temps d’aller jusqu’à Bamako et qu’il ne pourra s’arrêter qu’ à Gao.
Soumis au protocole de subordination de la France-Afrique IBK n’y voit aucune objection répondant qu’il montait à Gao, d’où il rassure son homologue français déclarant:  » Le Mali sera éternellement reconnaissant au peuple français de ne pas l’avoir abandonné « .
La messe est dite et la capitulation des régimes politiques africains soumis à la France-Afrique totale.
Les autres présidents africains ne feront qu’emprunter la voie  » macronienne » prise par IBK et Ouattara comme on peut le voir avec un Macki Sall actuellement sur Paris pour discuter terrorisme et exploitation du pétrole sénégalais avec Macron.
La toute puissance économique de la France repose donc plus que toujours et jamais sur l’exploitation des pays africains francophones.
Macron lui, semble satisfait, euphorique même concernant la fluidité des liens suprématistes et coloniaux qu’il a imposé à ses homologues nègres.
Et le premier juin en Bretagne, face à un de ses administrés, il se lâche :  » le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du comorien, c’est different « .
Lors de la présentation des équipes au président de la république, à la finale du top 14, le 4 juin dernier, les négro-Fidjiens Tuisova, Raka et Yato ont posé un genou à terre au moment de serrer la main d’Emmanuel Macron comme aux temps des colonies.
Le doute n’est plus permis une négrophobie agressive est revenue en force au sommet de l’état français. Reste à évaluer l’impact que la survenue d’une telle situation pourra avoir sur la vie des Noirs de France.
Ahmad Nougbo pour la #BrigadeAntiNégrophobie (Brigade Anti Négrophobie Page Officielle)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>