MACRON OU LE NOUVEAU VISAGE DU COLONIALISME ?

20170316_231724

Candidat sérieux à l’élection présidentielle française d’avril 2017, Emmanuel Macron était en déplacement en Algérie le 15 février dernier. Il déclara alors :  » la colonisation fait partie de l’histoire française, c’est un crime, un crime contre l’humanité c’est une vraie barbarie. Et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant nos excuses à l’égard de ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes  ».
Dans les heures qui suivent la classe politique française de la droite mariniste à la gauche mélenchoniste condamne la teneur de ces propos et fait une fois de plus preuve de révisionnisme et de négationnisme affirmant comme un seul homme ( ou une seule femme) que :  » la colonisation ne peut être assimilée à une entreprise de crime contre l’humanité  ».
Et pourtant les faits sont implacables :
 » Entre 1921 et 1934 les populations du territoire du Congo sont soumises aux travaux forcés pour la construction du chemin de fer Congo-Océan ( Brazzaville- Pointe-Noire). Des dizaines de milliers d’africains y perdent la vie.
- 1944 le massacre de Thiaroye fait des centaines de victimes parmi les tirailleurs. La France refusant toujours à ce jour de déclassifier les documents qu’elle possède sur cette affaire .
- 1947 le peuple malgache se soulève pour réclamer son indépendance, l’armée française réprime 6 mois durant l’insurrection des locaux. Bilan plus de 90000 morts.
- 1958 le peuple camerounais se soulève et réclame à son tour l’indépendance. La France réagit avec la plus grande des barbaries qui tourne au génocide. Plus de 400000 locaux seront exécutés, souvent de la façon la plus sommaire qui soit.
La colonisation n’a été qu’une longue litanie d’asservissement forcé de violences de viols et de massacres de masse perpétrés par l’état colonial français sur des populations locales qu’elle qualifiait d’indigènes les voyant comme des sous-hommes.
Si la classe politique française refuse obstinément d’assumer son passé colonial c’est parce qu’elle reste aujourd’hui encore fortement imprégnée de colonialité dans son état d’esprit et dans son fonctionnement comme en témoigne l’affaire Adama Traoré  celle de Théo d’Ali Ziri ou d’Amine Bentousi entre autres.
Homme tout neuf mais issue du sérail politique, Emmanuel Macron ne fait que jouer et ruser avec cette réalité coloniale sans vraiment chercher à la condamner. S’il fait semblant de reconnaître le caractère barbare de la colonisation (on se rappelle qu’avant le 15 février il avait déclaré en novembre 2016  » avoir décelé des éléments de civilisation dans la colonisation  ». Puisqu’après le 15 février il s’était excusé d’avoir blessé des pieds-noirs suite à sa déclaration d’Alger), tout laisse penser que c’est parce qu’il est en campagne électorale et qu’il cherche à attirer à lui les voix des français « issue de l’immigration coloniale et post-coloniale ».
Que le régisseur de la plantation nous caresse dans le sens du poil après nous avoir fouetté ne doit pas nous distraire de nos objectifs. Le maître n’accordera jamais de son fait la liberté à ses esclaves. C’est aux esclaves de se libérer par eux-mêmes.
Plutôt que de voter Macron (ou n’importe quel autre néo colon) marchons pour notre dignité le 19 mars prochain.
Ahmad Nougbo pour la #BrigadeAntiNégrophobie (Brigade Anti Négrophobie Page Officielle)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>