ESCLAVAGE, COLONISATION, NEO COLONISATION… NEURO COLONISATION !

Dans les grandes lignes, cette vidéo permet à chacun.e de comprendre ce que peut induire le concept de NEUROCOLONISATION.

Mais pour l’appréhender encore faut il comprendre :

- qu’avant hier les racisé.e.s (noir.e.s) étaient en proie à un système esclavagiste « négrocidaire » qui, après sa chute, fut immédiatement relayé par une COLONISATION autrement « négrocidaire ».

- qu’Hier encore les racisé.e.s étaient en proie à une NEO COLONISATION incarnée, entre autres, par les « fausses indépendances » des Etats Africains et la « départementalisation » des Antilles. Lesquels sont toujours manipulés comme des marionnettes désarticulées par des états impérialistes (tels que la France), passés maître dans l’art de tirer les ficelles dans l’ombre de leur inavouable « pouvoir blanc ».

Comprenons alors qu’à chaque fois que notre indomptable résilience est parvenue à trancher net la tête de l’hydre du Racisme (colonial), une autre a immédiatement repoussé.

Si bien qu’une fois que la tête de l’ESCLAVAGE a été sectionnée par le fer de lance de notre résistance, une autre à aussitôt pris sa place pour s’imposer à nous sous la forme d’une COLONISATION à l’allure un peu moins effrayante. Mais une fois les intentions criminelles de ce monstre démasquées et sa tête coupée, nous avons vu repousser dans la lancée celle d’une NEO COLONISATION à l’apparence encore plus séduisante. Jouant de sa nouvelle plastique, elle s’est empressée de nous rassurer avec ces quelques mots :

« Je vous ai compris »

Sauf qu’une lecture objective de l’histoire nous révèle aujourd’hui qu’il n’en était absolument rien dans les faits. Si bien que si nous avions appris à lire entre les ligne de ce beau discours, à l’époque nous aurions plutôt entendu :

« je n’ai pour vous que mépris »

Aujourd’hui, évolution oblige, à l’ère du tout technologique et du tout virtuel facilités par des supports comme internet, capables de transcender les frontières physiques (à l’instar des « multinationales » qui s’approprient le monde pour poursuivre autrement la criminelle mission des Etats impérialistes), nous affirmons que le monstre colonial a encore mué.

La main de fer qu’il abattait sur nous avant-hier, s’est progressivement métamorphosée en une « main de verre » aussi transparente qu’incassable. Invisible à l’oeil nu de celui ou celle qui n’a pas appris à lire entre les lignes de sa propagande, cette nouvelle machine à « broyer du noir » a été conçue pour rimer avec la perverse modernité du temps qui nous est désormais imposé.

Ayant tiré toutes les leçons de notre indomptable résilience, l’hydre du Racisme (colonial) a compris que – n’étant plus en capacité de nous dominer par la force – le moment était venu de prendre le contrôle de nos esprit pour faire de nous les relais inconscient de sa pâle mission coloniale.

Quotidiennement soumis à cet ordre des choses injuste, notre libre-arbitre ne cesse d’être façonné à la chaîne dans les énormes « fabriques du consentement » que se révèlent être l’école dite de la république et les médias de masses, corps et âme dévoués à servir les insatiables intérêts du Racisme d’Etat qui les a accouché.

Vu sous cette angle il est plus facile d’admettre que l’éducation nationale (qu’il serait plus juste d’appeler « éducation coloniale »), n’a jamais eu la vocation de  nous apprendre à réformer cet ordre qui s’est construit sur le socle de l’inégalité des classes et des « races ». Loin d’oeuvrer à notre émancipation son but reste de faire de nous des pions tout juste bon à pérenniser le système qui nous oppresse, nous exploite et nous tue à petit feu de manière à garantir et alimenter « les blancs privilèges » que le Racisme d’Etat produit avec notre sang.

Autrement dit ces outils de propagandes, qui ne s’affichent jamais comme tels, ne nous apprendrons jamais à penser par nous même. Tout au plus nous vendent ils un rêve empoisonné, puisque taillé à la gloire de la même « suprématie blanche » qui nous « dé-nigre » depuis des siècles et des siècles.

Cela pour dire que le temps où les Etats impérialistes s’acharnaient à coloniser par la force des territoires en opprimant (ouvertement) leurs peuples est bel et bien dépassé. Aujourd’hui, à l’heure de la dématérialisation, du tout technologique et du tout virtuel, ce monstre colonial utilise sa propagande raciste (et particulièrement négrophobe) pour coloniser nos esprits à la chaîne. A notre insu devenu mentalement esclave, nous sommes désormais conditionnés à nous passer nous-mêmes les chaînes de l’aliénation qui rouilleront en se frottant aux chevilles et aux poignées de notre liberté de penser et d’agir.

Trompé.e.s par ce tour de prestidigitation digne de la plus pâle des sorcelleries, beaucoup d’entre nous sont désormais convaincu.e.s qu’il est bien fini le temps des colonies. Sauf qu’ils ignorent que le viol colonial que nous continuons de subir n’est plus forcément physique, mais surtout mentale (et donc indolore et invisible à l’oeil nu). Voilà pourquoi nous pensons qu’il nous sera difficile de combattre cette nouvelle forme de colonisation dématérialisée que nous avons pris la liberté de baptiser :

NEUROCOLONISATION ou COLONISATION 3.0

Mais en attendant d’éclairer un peu mieux cette nouvelle notion avec un écrit à la hauteur de l’enjeu, cette vidéo permettra de comprendre comment une propagande taillée à la gloire de la suprématie blanche nous matraque (in)visiblement pour que nous courrions tout droit et en apparence « librement » à notre perte, tout en enrichissant les pouvoirs blancs qui nous ont considérablement appauvris (et continuent de le faire).

**********

La #négrophobie est une arme (neuro)coloniale d’aliénation et de destruction massive qui n’avoue pas son nom…

… armons-nous jusqu’aux dents pour la combattre !

Le Pacificateur pour la #BrigadeAntiNégrophobie (Brigade Anti Négrophobie Page Officielle)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>