Appel au Ministre de l’Intérieur Ni contrôle au faciès, ni recours au blackface: nous faisons face!

 

 

Il y en a qui nous contrôlent à cause de notre faciès.

Il y en a qui nous insultent, imitant notre faciès.

Le contrôle au faciès, le recours au blackface, dans un cas, comme dans l’autre, le message est le même : ta tête ne me revient pas, je peux te cracher au visage, je vais te mettre face contre terre.

Créés en Europe à l’époque de l’esclavage colonial, les spectacles blackface mettaient en scène des « artistes » blancs qui se grimaient en noir, et montraient les Africains sous un jour ridicule ou monstrueux. Il s’agissait d’expliquer au peuple que les Noirs n’étaient pas vraiment humains, et qu’on pouvait donc leur appliquer des traitements inhumains. En ce sens, le blackface n’est pas seulement un acte raciste, il a partie liée avec le crime contre l’humanité. Il est l’envers grimaçant de l’esclavage, qu’il a rendu tolérable, voire tout à fait divertissant aux yeux des peuples d’Occident.

Or ces pratiques qu’on croirait d’un autre âge continuent aujourd’hui. En 2014, des policiers du Kremlin-Bicêtre ont organisé une soirée « à thématique africaine ». Ils se sont « déguisés en noir », c’est-à-dire en « sauvages » et en singes. Sur les photos diffusées sur Facebook, ils apparaissent bananes en main, adoptant des poses simiesques. Visages grimés de noir, ils imitaient l’orang-outan, ils le reconnaissent eux-mêmes, face à l’IGPN, la police des polices (en 2015, dans ce même commissariat, des policiers ont envoyé un télégramme à leurs autorités après une interpellation ; pour décrire les prévenus, ils ont écrit : « aspect des cheveux : « crépus, comme d’hab », « type : sale nord africain ». Y a-t-il eu condamnation ? Non, comme d’hab).

En 2017, le Défenseur des droits a reconnu le caractère raciste de la soirée blackface organisée par ces policiers, et demandé des sanctions. Nous venons d’apprendre que le ministère de l’intérieur s’y refuse. Il a sanctionné une seule personne : celle qui a dénoncé ces actes honteux !

C’est pourquoi, nous interpellons M. Gérard Colomb pour savoir ce qu’il pense du « Bal des Noirs » prévu le 10 mars, lors du Carnaval de Dunkerque. Le maire de la ville, M. Vergriete, refuse de condamner l’événement blackface, qui se tiendra dans une salle co-gérée par la ville.
Si les organisateur de la « Nuit des Noirs » refusent d’abandonner la pratique du blackface et le racisme qu’il induit, nous demandons que le ministre de l’intérieur empêche la tenue de cette soirée, qui constitue un trouble manifeste à l’ordre public. Mais M. Colomb, qui cautionne le blackface raciste dans la police, peut-il condamner le blackface à Dunkerque ? Qu’il le sache : à Dunkerque, au Kremlin-Bicêtre, ou ailleurs, nous ne pouvons tolérer ni les contrôles au faciès ni le recours au blackface. Nous faisons face !

Nous avons combattu les contrôles abusifs, et nous continuerons ; nous combattrons aussi ces actes de négrophobie faciale. Le vendredi 2 mars, et le samedi 3 mars 2018, dans un maximum de villes, mobilisons-nous ! Organisons des délégations, qui remettront cet appel aux préfets, qui le feront suivre à M. Colomb, ministre de l’intérieur.

 

 

 
Premières organisations signataires : Alliance Noire Citoyenne, Brigade Anti-Négrophobie, le CRAN, l’OJAL ; Aicte, Amitié Judéo-noire, An Nou Allé, Association Orchidée, Cercle d’Action Panafricaine, Cifordom, Collectif A.U.S.A.R, Cran Midi-Pyrénées, Cran Nouvelle Aquitaine, Cran PACA, Debout l’Afrique !, Diversité Alternative, Ecclethique, Esprit Marron, Fadom, France Diversité et Diaspora, La Révolution En Marche (LREM), L’Or des Îles, Ligue de Défense Noire Africaine (LDNA), Mouvement des Sarrasins, Nation Kaf, Partage, P’Jelow, République et Diversité, Réveil K, Solidarité Africaine de France, UPKN, Tremplin, Village d’Eva,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>