Analyse afrocentrée du discours de François Fillon.

fillon françafrique

Analyse afrocentrée du discours de François Fillon, lors de l’inauguration de la bibliothèque Pierre Messmer à Sarrebourg en 2009. (L’intégralité du discours est disponible dans la rubrique archive du site du gouvernement.)

«Je voudrais vous dire que je n’ai pas hésité une seule minute quand vous m’avez demandé de venir participer à cette inauguration, parce que c’était pour moi une occasion inespérée de venir dire mon admiration, ma fidélité, ma loyauté à Pierre Messmer, à une vie, qui a été une vie faite de droiture, à une vie qui a été faite de devoir, d’honneur, et en même temps à des idées, à des valeurs qui m’ont guidées tout au long de ma vie politique. […] En réalité, pendant des siècles, la France, avec quelques rares autres puissances, a dominé le monde. Cette puissance sans égale nous a permis de bâtir une civilisation riche et prospère. Mais désormais le monde se réveille et le monde prend sa revanche sur l’Histoire.
Des continents entiers sont en quête de progrès. Quand nous, nous luttons pour préserver notre héritage, eux ils se battent pour constituer le leur !»

Mais qui est donc Pierre Messmer, personnage que François Fillon admire tant, personnage dont les idées et les valeurs l’ont guidé tout au long de sa vie politique ?
Pierre Messmer (1916-2007) était un militaire. Après s’être engagé dans les forces françaises libres pendant la seconde guerre mondiale, il poursuit, entre 1945 et 1956, sa carrière militaire dans les colonies françaises (Indochine, Mauritanie puis Côte d’Ivoire). Menant une lutte forcenée contre les mouvements révolutionnaires et libérateurs qui régnaient dans les colonies, il est nommé, en 1956, haut commissaire de la France au Cameroun. C’est ainsi que Pierre Messmer lutte contre le mouvement indépendantiste Union des Populations du Cameroun. Ce qui entraîna une guerre coloniale de 9 ans, des forêts et des villages bombardés, des civils et les leaders révolutionnaires assassinés, et une indépendance truquée.
Suite à ses différentes techniques de répressions militaires réussies, Messmer obtient une promotion et devient Haut commissaire de la France en Afrique équatoriale française et en Afrique occidentale française entre 1958 et 1959, avant d’être nommé ministre des Armées (1960-1969), puis premier ministre (1972-1974). Il est élu maire de Sarrebourg de 1971 à 1989.
Analyse : en utilisant le mot coordonnant «mais» et l’adverbe «désormais» François Fillon semble marqué d’une nostalgie de la période où la «France […] domin[ait] le monde». Il semble regretter la fin de la période coloniale qui a permis à la France de «bâtir une civilisation riche et prospère». En employant le substantif «revanche» lorsqu’il dit que : «le monde se réveille et le monde prend sa revanche sur l’Histoire.» Fillon semble craindre que «le monde» rende à l’Etat français tout le mal qui lui a été fait. Il paraît ici animé d’un esprit belliqueux, puisqu’il aurait pu tout simplement penser que «le monde» souhaite Réparation pour un retour à l’Harmonie. En disant : «nous luttons pour préserver notre héritage, eux ils se battent pour constituer le leur !», Fillon semble craindre que «le monde» entende bien récupérer les richesses dont l’Etat français a hérité à son détriment. Encore une fois, Fillon paraît ici animé d’un esprit belliqueux, puisqu’il aurait pu tout simplement penser que «le monde» souhaite Réparation pour un retour à la Paix et à l’Harmonie.

Conclusion : étant fan de Messmer, pierre angulaire (et/ou sanguinaire) du colonialisme et du néocolonialisme, il n’est pas étonnant que Fillon ait pour ami des personnalités telles que Robert Bourgi. Celui-ci ne serait que la partie visible de l’iceberg, la partie immergée recelant le fondement du système néocolonial dont François Fillon fait partie. Lorsque l’on a appris à lire entre les lignes, on voit que derrière le masque républicain de Fillon se cache le digne héritier de la France coloniale aujourd’hui recyclée en FrancAfrique et en départements ou territoires dits d’outre-mer.

Bobda pour la #BrigadeAntiNégrophobie (B.A.N Page Officielle)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>